Le PADIA au Sénégal entreprend sa dernière année d’opération



padia fpgl 2Le Projet d’appui au développement et à l’intégration de l’apprentissage (PADIA) au Sénégal entreprend sa dernière année d’opération. Ce projet, qui a vu le jour en 2013, est  financé par Affaires Mondiales Canada (AMC).

Le projet

Le PADIA vise à faciliter l’accès au marché du travail de 1050 jeunes, garçons et filles, âgés de 15 à 26 ans, déscolarisés ou non scolarisés, en leur permettant d’acquérir les compétences pour exercer un métier répondant aux besoins du marché.  L’apprentissage est sous la responsabilité de 110 maîtres (ses)-artisans(es) et encadrée par 32 formateurs-encadreurs, professionnels de la formation.

Un succès depuis ses débuts

Le projet a  mis au point un modèle de formation professionnelle qui est un succès au Sénégal. Depuis ses débuts en janvier 2013, le projet forme des2 apprentis en formation UPI-mécanique Thiès jeunes en unités de production informelles (UPI) par l’entremise de maîtres-artisans et maîtresses-artisanes (MA) dans les régions de Thiès, Fatick, Kaolack et Diourbel et, depuis 2015, dans les régions de Kédougou et Tambacounda. Il s’agit en fait d’un  modèle qui est ancré dans la tradition sénégalaise où un jeune (homme ou femme ) est confié par sa famille à un maître-artisan qui se charge de le former au fil des ans pour lui apprendre un métier. La dimension innovation du projet vient du fait que les jeunes bénéficient d’un cadre de formation renforcée.

Douze métiers ont été sélectionnés par  le projet PADIA comme étant porteurs d’avenir : la couture traditionnelle, la teinture, le froid domestique et climatisation, la menuiserie métallique, la menuiserie bois, la transformation agroalimentaire (TPA), la transformation halieutique (TPH), le maraîchage, la mécanique automobile, la restauration, l’aviculture et la coiffure.

À la fin de leur formation en apprentissage, les jeunes peuvent se présenter au ministère de la Formation professionnelle de l’artisanat et de l’apprentissage (MFPAA) pour obtenir un diplôme officiel : un Certificat d’Aptitude professionnelle ou un Certificat de Compétence professionnelle.

Une formation complète

padia fpgl 1En parallèle aux formations techniques, les jeunes du PADIA bénéficient de formation en alphabétisation fonctionnelle, en calcul, en éducation sociale et entrepreneuriat, en éducation à la citoyenneté et à la démocratie, en santé, en hygiène et en éducation environnementale et gestion.

L’approche numérique a aussi été mise en place dans le cadre d’une expérience pilote dans les métiers de la couture traditionnelle et du froid domestique et climatisation. Cette approche innovante rallie la formation professionnelle aux technologies de l’information. Ce sont 251 jeunes qui ont vu leur formation enrichie et ont pu acquérir des compétences en informatiques.

Les jeunes sont aussi appuyés dans leur processus d’insertion, que ce soit en incubation, en recherche d’emploi ou en démarrage d’entreprise. Les jeunes choisissant de mettre sur pied une entreprise peuvent bénéficier d’un appui financier par l’obtention d’un microcrédit sur présentation d’un plan d’affaires sélectionné.  Les jeunes certifiés du PADIA reçoivent une trousse d’outils adaptée à leur métier afin de leur permettre de devenir actifs rapidement sur le marché du travail.

Le PADIA, un modèle qui fait école au Sénégal.