Un projet pour une socio-économie durable



Formation des formateurs a Jacmel_edited

Les formateurs en techniques agricoles, au centre Bululu Kabatakaka, directeur des programmes d’études postsecondaires et de l’intégration du Collège Boréal de Toronto, dans les locaux du ministère de l’Agriculture d’Haïti, Jacmel, 29 oct. 2018.

Œuvrer dans les domaines de l’agriculture et l’élevage contribue à stimuler  l’économie régionale et nationale partout sur la planète. D’autant plus dans un pays comme Haïti où le secteur agricole (près de 20% du PIB) constitue l’une des principales sources génératrices de revenus. Toutefois bien qu’Haïti dispose d’une impressionnante variété de produits – café, bananes, mangues, cacao, riz, citrus, canne à sucre, sisal, haricots, maïs, sorgho – et d’une population rurale majoritairement impliquée dans le domaine agricole, la productivité et l’accès à l’emploi en agriculture restent faibles.

Plusieurs facteurs y concourent dont, entre autres, l’insuffisance des services publics et crédits en appui à l’agriculture, le manque de soutien à la formation  technique et au développement de diverses filières possibles d’employabilité pour la relève agricole en vue d’atteindre une socio-économie durable.

Projet IDDA-Haïti

 

C’est dans ce contexte qu’en 2017 le Collège Boréal s’est joint comme partenaire au Projet d’insertion durable des diplômés en agropastoral (IDDA) https://fondationpgl.ca/accueil/2017/04/lancement-projet-dinsertion-durable-diplomes-secteur-agropastoral-idda/ exécuté en Haïti par la Fondation Paul Gérin-Lajoie https://fondationpgl.ca/accueil/ (FPGL).

Le projet IDDA-Haïti (2017-2021) est réalisé grâce à un financement d’Affaires Mondiales Canada et de la FPGL. Soulignons que la Fondation oeuvre en Haïti depuis plus de 20 ans et gère également cinq projets en Afrique incluant deux projets IDDA au Mali et au Bénin. Le rôle du Collège Boréal consiste à prêter son expertise en matière de formation des formateurs en techniques agricoles à Jacmel dans le Sud-Est du pays.

Seance de formation des formateurs a Jacmel_edited

Séance de formation des formateurs en techniques agricoles, Jacmel.

La formation vise à consolider la gestion organisationnelle des centres de formation de techniciens en agriculture situés à Jacmel, Cayes-Jacmel, Thiotte et Côtes de Fer, notamment par le renforcement des capacités des formateurs via une formation axée sur l’approche par compétences adaptée à la réalité haïtienne.

Rappelons que le Collège Boréal offre le programme de Techniques agricoles (formation de base en agriculture et en gestion d’entreprise agricole) à son campus de Sudbury http://www.collegeboreal.ca/programmes/techniques-agricoles/.

Approche par compétences

Bululu Kabatakaka, directeur des programmes d’études postsecondaires et de l’intégration du Collège Boréal de Toronto, également agronome, économiste et docteur en développement international, est chargé de mettre en oeuvre le volet formation des formateurs du projet IDDA-Haïti au nom du Collège Boréal. Il vient de rentrer d’une deuxième mission à Jacmel où il a formé une douzaine de formateurs.

« Nous privilégions une approche pédagogique par compétences », de citer M. Kabatakaka, rencontré par L’Express lors d’une séance de formation à Jacmel le 29 octobre dernier.

« L’approche par compétences réfère à l’utilisation des compétences nécessaires dans une pratique professionnelle – par ex. l’agriculture – comme point de départ dans le développement d’un plan de cours. Miser sur l’apprentissage par l’expérientiel pour développer le savoir, le savoir-être et le savoir-faire », a précisé le directeur.

Guider les formateurs dans l’élaboration de leurs plans de cours et méthodes d’évaluation selon l’approche par compétences – dans le but de finaliser un programme commun de formation des techniciens en agriculture – constitue le  principal objectif de sa mission. « Notre démarche emprunte aux lecons tirées des projets IDDA menés sur le terrain au Mali et au Bénin dont la conjoncture du milieu agricole est semblable à celle d’Haïti. Kabatakaka travaille en collaboration avec le personnel local du projet IDDA-Haïti dont la chef de projet et agronome, Mme Marie Geoffrin B. St Louis, et M. Geslin Mars, agronome et expert en formation professionnelle. Une troisième mission est prévue en mars 2019.

Bululu Kabatakaka, Marie Geoffrin B. St_edited

De g. à d. Bululu Kabatakaka, directeur des programmes d’études postsecondaires et de l’intégration du Collège Boréal de Toronto, Marie Geoffrin B. St. Louis, chef de projet IDDA-Haïti, Geslin Mars, expert en formation professionnelle projet IDDA-Haïti, Sophie Daoust, chargée du projet IDDA-Haïti et  de développement de projets pour la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Miser sur l’expérientiel

L’approche pédagogique par compétences suppose d’acquérir de nouvelles connaissances par l’expérience vécue, la mise en contact avec le terrain, l’interaction concrète avec le milieu de travail ciblé. En Haïti les terrains d’apprentissage pratique dans le secteur agricole sont à l’infini. Le programme de formation IDDA incite les formateurs à inclure des excursions exploratoires auprès des fermes-écoles du Centre de formation technique d’agriculture et de gestion de l’environnement (CEFTAGE) comme partie intégrante de l’apprentissage des étudiants en techniques agricoles. La formation en techniques agricoles s’adresse tant aux hommes qu’aux femmes. IDDA-Haïti invite les jeunes agricultrices à s’inscrire au programme,L’exploration de la ferme-école permet aux apprentis de vivre une première  expérimentation au sein de la réalité agricole haïtienne: élevage de poulets, production du miel, pépinière de citrus, compostage et plus.

Stimuler l’entrepreneuriat agricole

Visite a la ferme Mazmotte, structure d'accueil des stagiaires_edited

Rencontre avec l’agronome Lundy Magloire (en rouge) sur le site de l’entreprise agricole Mazmotte: l’une des structures d’accueil des stagiaires du projet IDDA-Haïti.

Outre l’approche expérientielle, le projet IDDA vise à encourager le développement de l’entrepreneuriat agricole: une alternative importante en matière d’accès à l’emploi en Haïti vu la précarité du marché du travail haïtien.

Le volet entrepreneuriat du projet IDDA-Haïti est réalisé en collaboration avec l’Union des Producteurs Agricoles (UPA) du Québec https://www.upa.qc.ca/fr/ dans le but d’accroître les compétences entrepreneuriales des jeunes techniciens en agriculture comme futurs leaders du secteur agricole haïtien. Leur donner des moyens pour trouver un équilibre de vie.et améliorer l’avenir agricole en Haïti.

 

Notre visite-terrain nous a permis de découvrir l’entreprise agricole Mazmotte. Une ferme privée qui accueille des stagiaires du projet IDDA depuis 2017 où les finissants ont l’opportunité de raffiner leurs capacités professionnelles comme futurs entrepreneurs ou même d’être embauchés directement par la ferme.

Le projet IDDA estime que 85 des 120 finissants ayant effectué leur stage en juin 2018 pourront démarrer leurs propres entreprises agricoles au courant de cette année.

 

Plusieurs autres filières d’employabilité liées à l’entrepreneuriat agricole sont susceptibles d’offrir un potentiel de développement socio-économique inédit partout en Haïti. Notamment dans le secteur de l’agrotourisme. Citons en exemple le projet de la Route du café géré par l’Association des producteurs de café de la commune de Fonds Jean Noël https://l-express.ca/experience-cafe-en-haiti/:

 

Par Annik Chalifour 2018.10.10 L’Express www.l-express.ca

Annik Chalifour revient d’un 7e voyage de presse en Haïti, cette fois-ci dans le Sud-Est du pays. Ses reportages visent à faire connaître et promouvoir le patrimoine culturel et environnemental d’Haïti, un important levier de son rayonnement socio-économique durable. On peut lire les reportages d’Annik Chalifour sur Haïti dans la chronique voyage de L’Express www.l-express.ca