ÉSF : Quel beau bilan!



esf_edited1

Voici le temps de tirer un bilan d’une période extrêmement riche pour les ÉSF. 

De multiples rencontres des administratrices (Monique Charbonneau et Marie-Françoise Joly) auxquelles s’ajoutent quatre rencontres du Comité élargi ont permis d’établir un plan stratégique et développer un plan de mise en œuvre. Le réseau en début de 2017 était de 158 ÉSF, il était en fin novembre 2018 de 211. Six formations pré-départ se sont tenues en 2017, sept en 2018 et ont permis aux ÉSF partant sur le terrain d’être mieux outillés. Les missions exploratoires et organisationnelles avec les partenaires ont permis d’établir des liens durables, de démontrer l’importance de réfléchir et de planifier ensemble, de rédiger conjointement des mandats, de mettre en place la logistique des futures missions et de garder des contacts suivis à distance.

Plusieurs mandats ont permis l’aménagement de locaux de bibliothèque, l’établissement d’inventaires et de prêts, la formation d’animateurs, la modélisation d’activités ainsi que la mise en place d’un comité bibliothèque. À Gonaïves, les enseignants ont pu s’approprier une bibliothèque numérique. Par des ateliers pouvant regrouper des enseignants, des directions d’école et des normaliens, par la mise en place d’activités durables telles que scrabble, chorale, projet de radio étudiante, par l’animation de leçons de lecture, par la valorisation de l’interaction verbale, les participants ont pu développer des habitudes de communication en français.

LRG_DSC01400_edited

 

Au préscolaire, les ÉSF ont développé des ateliers sur la compréhension du nouveau programme, l’adaptation des contenus selon la capacité des apprentissages des enfants et l’importance du jeu dans les apprentissages. Des ÉSF ont accompagné les enseignantes dans l’appropriation de notions de stimulation et activités pédagogiques stimulantes et en modelage explicite. Enfin, au Québec, deux ÉSF ont élaboré un programme en éducation physique et un programme en informatique. Sur le terrain, les enseignants ont été accompagnés pour l’appropriation de ces programmes, dans leur planification annuelle et dans la modélisation de cours.

Finalement, plusieurs directions d’écoles ont pu développer leurs capacités de gestion au niveau de la fabrication d’un horaire maître, de l’utilisation du Guide pratique d’administration scolaire et dans la préparation de la fin de l’année scolaire.

Les partenaires des ÉSF demandent des mandats de suivis, ce qui permet de conclure que les missions sont de haute qualité pédagogique et correspondent bien aux besoins exprimés par leurs collègues haïtiens. Parallèlement, la création de trousses pédagogiques est planifiée, elles permettront d’offrir des services non sollicités (création et gestion de bibliothèques, accompagnement en pédagogie tel que communication orale française, sciences, informatique, apprentissage actif, etc.) Plusieurs demandes sont faites dans le but de développer des formations virtuelles ou en ligne qui seraient jumelées à un accompagnement ponctuel sur place.  Cette possibilité est à l’étude, tout étant liée à la capacité des partenaires de garantir un réseau électrique fiable et un accès internet, constant et rapide.