Programme de coopération volontaire (PCV)

Pour répondre à des demandes faites par le gouvernement haïtien, le Programme de coopération volontaire (PCV) a envoyé des conseillers et conseillères volontaires hautement qualifié-e-s en provenance du Canada. Leur rôle était d’appuyer l’équipe du PCV et ses partenaires dans certains secteurs d’intervention (gouvernance, développement économique, éducation fondamentale et formation technique et professionnelle).

Dans le cadre de son appui en renforcement des capacités, le PCV a également encouragé le développement de réflexes en EFH, en droits humains, en gouvernance, en communication et en viabilité environnementale chez les partenaires ainsi qu’entre les différents acteurs dans un secteur précis. Plus de 3 000 personnes dans l’Artibonite, dans le Sud-Est et dans l’Ouest d’Haïti ont été directement sensibilisées aux facteurs qui contribuent aux inégalités entre les femmes et hommes.

En tout, 600 mandats (avec en moyenne plus de 20 ans d’expérience professionnelle dans leur domaine respectif), ont été réalisés en renforcement de capacités auprès de 38 organisations haïtiennes (publiques et privées). Plus de 85 Haïtiens et Haïtiennes, leaders dans leur organisations et institutions respectives, ont échangé avec des pairs au Canada dans le but de réseauter, de consolider des partenariats et d’observer des pratiques programmatiques et organisationnelles pour éventuellement dynamiser leur propre organisation ou institution.

La Fondation était responsable de la composante éducation fondamentale qui visait à appuyer la refondation du système éducatif haïtien par le renforcement des capacités techniques (institutionnelles, organisationnelles, opérationnelles) de ses principaux intervenants au sein du système public et à améliorer la gouvernance scolaire, la qualité de l’éducation et la formation continue du personnel enseignant.

Le PCV a mis en œuvre un code de conduite environnemental, à partir duquel des progrès ont été réalisés comme (1) la création de comités verts pour le suivi de règles simples pour l’économie d’eau et d’énergie, (2) l’utilisation de produits recyclables et des poubelles; (3) l’adoption de l’environnement comme thème prioritaire de sensibilisation; (4) la réalisation de produits à partir de débris de production et le développement d’un plan départemental et communal d’action de l’environnement (dans le sud-est).

Enfin, la gouvernance a été une composante du programme à part entière et  un axe transversal dont les principes de base ont guidé l’ensemble des activités du PCV.

Les résultats globaux se résument comme suit :

  • – 1150 personnes (dont 30 % de femmes) ont été formées et/ou accompagnées en gestion d’entreprise et/ou gestion de services aux entreprises et investisseurs ;
  • – 150 expert-e-s canadien-ne-s recruté-e-s ;
    – Plus de 75 entreprises ont amélioré la gestion ou la production ;
    – 2 627 personnes (dont 1667 femmes) ont amélioré leurs capacités de gestion de l’éducation ;
    – 1 165 enseignant-e-s dont (566 femmes) ont amélioré leurs approches pédagogiques ;
    – 1756 enseignants (dont 664 femmes) ont participé à une formation continue.

Bailleurs de fonds: Ministère des Affaires étrangères, commerce et développement Canada (MAECD).

Partenaires canadiens : Centre canadien d’Étude et de Coopération internationale (CECI), l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC) et Service d’assistance canadienne aux organisations (SACO).

Années: 2010 – 2015.

600

Mandats réalisés en renforcement de capacités

3 000

Personnes sensibilisées à l’égalité homme-femme

804

Personnes formées et/ou accompagnées en gestion d’entreprise

1 165

Enseignant-e-s ont fait état d’une amélioration de leurs approches pédagogiques dans leur enseignement