Un nouveau projet en nutrition au Bénin est lancé!

La FPGL a reçu l’approbation du financement par le Ministère des Relations internationales et de la Francophonie du Québec (MRIF) à hauteur de 188 892$ pour la mise en œuvre du Projet d’appui à la lutte contre le double fardeau nutritionnel au Bénin de 2019 à 2022.

En collaboration avec le département de nutrition de l’Université de Montréal et son centre de recherche TRANSNUT, le projet permettra à 24 étudiant-e-s réparties sur trois cohortes de réaliser un stage crédité par l’Université de dix semaines au Bénin, afin d’appuyer l’organisation partenaire locale APRETECTRA dans ses activités de lutte contre le double fardeau nutritionnel dans les communautés. Le double fardeau nutritionnel représente la coexistence au sein d’une même population de deux types de problématiques liées à la nutrition, soit :

  • Les problèmes liés à la « sous-nutrition » tels que les carences en nutriments et le retard de croissance ;
  • Les problèmes liés à la « surnutrition » tels que l’obésité, l’hypertension, et le diabète.

Le projet contient également un volet réciprocité qui permettra à trois participant-e-s du Bénin d’effectuer un stage de deux mois au Québec au sein de l’organisme œuvrant en sécurité alimentaire « Mon Resto St-Michel » ainsi qu’au département de nutrition de l’Université de Montréal, dans le but de renforcer leurs capacités de prévention des problématiques liées au double fardeau nutritionnel dans les communautés de Comé et de Grand-Popo au Bénin.

En réalisant ce projet sur trois ans, l’ampleur des impacts et retombées du projet dans la communauté sera décuplée. En ciblant sept villages par année pour un total de 21 villages touchés, le projet pourra atteindre plus 9 000 individus par les campagnes de sensibilisation, dont 150 ménages (soit environ 750 individus) plus directement à travers les séances de dépistage et la mise en place de jardins communautaires, en plus de renforcer les capacités de plus de 70 intervenant-e-s en santé et nutrition dans la région.

La première année sera surtout dédiée à l’élaboration des outils d’information, d’éducation et de communication (IEC) et à la formation des ressources ciblées (APRETECTRA, Centre de promotion sociale (CPS) et relais communautaires), mais également à l’accompagnement dans l’élaboration de leurs politiques et plans d’action en termes de lutte contre le double fardeau nutritionnel. Les deux autres années du projet permettront d’assurer le suivi de la mise en œuvre de ces politiques et plans d’action, ainsi que la consolidation des acquis des intervenants, en plus d’élargir les interventions sur le territoire pour atteindre les 21 villages ciblés. Finalement, l’an 3 permettra de faire le bilan du projet et de ses impacts pour pouvoir émettre des recommandations sur la pérennisation des actions entreprises, et surtout pour assurer des débouchés au plaidoyer amorcé à l’an 1 et effectué sur toute la durée du projet.