Santé et sécurité alimentaire

L’insécurité alimentaire dans les pays les plus démunis a des conséquences directes sur la santé des populations, notamment celle des mères et des enfants. Elle influe notamment sur les capacité d’apprentissage et de développement. La Fondation Paul Gérin-Lajoie initie et soutient des programmes de santé maternelle et infantile, de formation au maraîchage et au petit élevage et de nutrition pour pallier ces difficultés et améliorer la fréquentation scolaire. Elle veut ainsi participer à l’autonomisation et au développement socio-économique des populations.

Appui prénatal, périnatal, postnatal et nutritionnel (A3PN)

Le projet d’Appui prénatal, périnatal, postnatal et nutritionnel (A3PN) en Grand’Anse et au Sud d’Haïti a démarré ses activités le 1er avril 2016. Le projet, d’une durée de quatre ans, est mis en œuvre par la Fondation Paul Gérin-Lajoie en collaboration avec Catholic Relief Services (CRS), TRANSNUT, le département de nutrition de l’Université de Montréal et l’Unité de santé internationale (USI), également de l’Université de Montréal. Il vise à réduire la...

En savoir plus Faire un don

172

Postes de rassemblement ouverts

47 610

Visites à domicile réalisées

161

Clubs de mères mis en place

45 363

Doses de vitamine A et 23 740 doses d’antiparasitaires distribuées

Cantines scolaires

Depuis 2008, la Fondation développe un programme de cantines scolaires au Mali dans plusieurs communautés où la sécurité alimentaire est précaire, soit Féya, Maféya et Diarrabougou. Ce programme vise à attirer le plus grand nombre d’enfants possible dans les écoles pour ainsi favoriser leur apprentissage et diminuer le taux d’abandon. Les cantines scolaires permettent de garder les enfants à l’école toute la journée. Elles favorisent également l’égalité entre les sexes en invitant les parents à envoyer non seulement les garçons à l’école, mais aussi les filles.

En savoir plus Faire un don

170 961

Repas distribués entre 2017 et 2018

1200

Enfants bénéficiaires du projet, dont 48% de filles

531

Chèvres composent le cheptel  au profit de 323 familles

40 %

Des repas sont aujourd’hui constitués par la contribution des communautés

Projet d’appui à la lutte contre la malnutrition infantile (PALMI)

Au Burkina Faso, plus spécifiquement au nord du pays, la santé et le développement des jeunes enfants sont menacés par l’insécurité alimentaire. En effet, 16% des nouveaux-nés présentent une insuffisance pondérale et 35% des enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance (UNICEF, 2010). L’extrême pauvreté des ménages, le manque de connaissances des parents sur les bonnes pratiques alimentaires, les déterminants socio-culturels, les pratiques familiales néfastes (gavage,...

En savoir plus

25

Animateurs et animatrices formé-e-s à la lutte contre la malnutrition infantile

4

Séances de dépistage de la malnutrition infantile réalisées

60

Causeries éducatives réalisées auprès des femmes enceintes et des mères d’enfants de 0 à 24 mois

7

Finissantes du programme de nutrition de l’Université de Montréal ont réalisé un stage

Projet d’appui à la sécurité alimentaire et à l’amélioration nutritionnelle (PASAAN) – Phase 2

Au Bénin, l’insécurité alimentaire est très préoccupante. Dans la région du Mono, le Programme alimentaire mondial (PAM) a déterminé que le pourcentage de ménages en situation d’insécurité alimentaire était de 28% en 2014, comparativement à la moyenne de 11% pour l’ensemble du Bénin. Les causes de ce problème étant multiples, nous croyons que la solution réside dans une approche intégrée, telle que proposée par le Projet d’appui à la sécurité alimentaire et à l’amélioration nutritionnelle (PASAAN).

En savoir plus

90 %

Des producteurs et productrices formé-e-s aux techniques optimales de production

309

Enfants suivis par les systèmes de suivi-surveillance

30

Nouveaux relais responsables de la sensibilisation aux bonnes pratiques nutritionnelles

102

Personnes appuyées pour l’amélioration de leur production de plantain, dont 21% de femmes